Sélectionner une page

Étienne Barilier

Don Juan malgré lui.

Étienne Barilier
Don Juan malgré lui.
160 pages, 130 x 190 mm
Collection originale | no. 4
Parution: août 2022
ISBN: 978-2-940718-16-0

Les Don Juan sont innombrables dans l’histoire de la littérature et des autres arts, parce que le fameux abuseur de Séville est beaucoup plus qu’un personnage: à l’égal de Faust, il incarne la plus vertigineuse des possibilités humaines. Comment, lorsqu’on est artiste, ne pas écrire, composer ou peindre un Don Juan?
En hommage à Molière dont on célèbre le quatre centième anniversaire de la naissance, Étienne Barilier nous offre un Don Juan malgré lui. Son héros, avec sa rage d’être véridique, tient d’ailleurs du Misanthrope plus que de l’homme aux mille et trois conquêtes. Jeune étudiant chaste et sévère, poussé par son propre père à se déniaiser enfin, ce prude maladroit va s’y décider d’une manière inattendue. Au fil du temps, il découvrira qu’il est bel et bien ce qu’on voulait faire de lui. Pour le meilleur et surtout pour le pire.
Clin d’œil au théâtre en vers de Molière, l’auteur a choisi l’alexandrin rimé dont les possibilités musicales et les ressources comiques sont inépuisables.

-> Aperçu du volume

CHF20.00

98 en stock

Écrivain, traducteur, professeur émérite de l’Université de Lausanne, Étienne Barilier a publié plus de cinquante romans et essais, distingués par plusieurs récompenses littéraires, dont le Prix européen de l’essai Charles Veillon en 1995, ou le Prix Dentan, en 2002, pour son roman L’Énigme. Parmi ses derniers livres, on compte À la recherche de Vinteuil (Phébus, 2021), Pour la main gauche. Histoire d’un piano singulier (Premières Loges, 2021), Absolument la vie, (Labor & Fides, 2022) et aux Presses Inverses, les Exercices de style éroti-comiques (2022).

Revue de presse

“À l’enseigne d’une nouvelle maison d’édition sérieuse et facétieuse, le romancier renverse Don Juan en alexandrins. Il badine avec l’amour et l’on se marre. […] Un hommage moliéresque farci d’humour éléphantesque”. Lire l’article ->

Thierry Raboud, “Don Juan à l’inverse”, La Liberté (samedi 20 août 2022)