Sélectionner une page

Guillaume Marcoureau dit Brécourt

L’Ombre de Molière. Comédie

Guillaume Marcoureau dit Brécourt
L’Ombre de Molière. Comédie
Préface d'Alice Bottarelli
92 pages, 110 x 180 mm
Collection fantastique | no. 7
Parution: juin 2022
ISBN: 978-2-940718-15-3

"Avez-vous déjà souhaité composer une œuvre en hommage à une autrice ou un auteur que vous adulez ? Avez-vous par exemple kiffé les Tarantino au point de rêver d’un film qui s’appellerait Eight Shameless Fuckers in Hollywood (ou quelque chose dans ce goût-là) et dans lequel vous joueriez son sosie, comme lui-même dans ses propres films ? Avez-vous songé à mettre en scène une pièce qui s’intitulerait Diététique du Meurtrier ou L’Ombre de Nothomb, après avoir été fan de l’autrice durant toute votre adolescence ? Lorsque vous avez su Britney aux prises avec la justice, avez-vous envisagé une reprise de Oops !... I did it again où, adoptant vous-même vaillamment le rôle de la chanteuse, vous l’auriez fait danser pour sa défense ?
Eh bien Brécourt, lui, a osé". Alice Bottarelli.

-> Aperçu du volume

CHF12.00

99 en stock

Acteur dramatique, mais également auteur, Guillaume Marcoureau, dit Brécourt, (1638-1685), fit partie de la troupe de Molière, puis de celle de l’Hôtel de Bourgogne. Il y incarne notamment le rôle d’Alain dans l’Ecole des femmes, ou encore celui de Pancrace dans Le Mariage forcé.

Un mois après la mort de Molière, survenue le 17 février 1673, Brécourt livre une pièce en hommage à son mentor et ami, L’Ombre de Molière, qui ne sera jouée d’une seule fois, en mars 1673. Arrivé aux Enfers, l’illustre dramaturge est convoqué devant Pluton, suite aux doléances de ses personnages…

Parfois précieuse et parfois ridicule, femme savante quand tout va pour le mieux, Alice écrit et volontiers bouscule l’académisme et les vers ennuyeux. Désormais jeune autrice (mais jusqu’à quand pourra-t-on la dire « jeune » ? ô vieillesse ennemie…), elle vient de jeter dans le vaste monde un premier roman, intitulé Les Quatre Sœurs Berger et qui lui a valu le Prix Georges-Nicole.

Molière, Alice Bottarelli le connaît (un peu) pour l’avoir joué, vu jouer, étudié et fait étudier, beaucoup, et dans moults lieux différents, de la Comédie française à la maison de quartier lausannoise, des auditoires universitaires aux petites salles de cours de l’Université populaire. Après avoir elle-même stagné treize ans dans les ombres fraîches de l’université, elle a envie de percer cette outre pleine de savoir pour le déverser sur qui voudra. Elle vous souhaite un joyeux Brécourt !